Que trouve-t-on dans ces cas. "Pas grand chose" diront les amateurs de cas vraiment inexpliqués (bien qu'on en trouve tout de même quelques-uns dans cette nouvelle publication), mais - outre des erreurs ou coquilles maintenant malheureusement habituelles et sur lesquelles on ne s'apesantira pas - tout de même quelques enseignements sur ces cas de méprises.

Par exemple un certain nombre de rentrées atmosphériques fortement suspectées, ou des méprises avec Jupiter (plus rares qu'avec Vénus) et mêmes les satellites de la géante rouge, mais qui vont aussi parfois de pair avec des classements que l'on peut juger malheureux : alors qu'une de cette méprise est classée A car vérifiée facilement, une autre est classée B (alors qu'il semble facile de lever l'ambiguité par une vérification astronomique comme dans le cas précédent). D'un autre côté, le cas d'un témoin ayant fait des rêves bizarres avant son observation (et donc considéré peu crédible) est classé B, c'est-à-dire pratiquement expliqué. Qu'est-ce qui permet de l'affirmer réellement, mis à part un avis subjectif sur le témoin ? Ces avis subjectifs que l'on a l'habitude de reprocher aux témoignages d'ovnis ont-ils plus de poids quand il s'agit d'écarter une observation ? On aura beau vous expliquer que "oui, parce que c'est la solution la plus simple", la vérité est que non.

Aussi une information sur les méprises avec les fameux projecteurs lasers de discothèques : alors que M. Patenet indiquait dans une interview récente que le pic d'observations de 1993 (visible dans les statistiques officielles) était expliqué par l'utilisation de tels éclairages, on trouve dans les nouveaux cas publiés des méprises avec ces projecteurs datant de 1990. 1993 aurait-elle donc plutôt sonné la démocratisation plutôt que l'apparition de tels projecteurs ?

Enfin, pourquoi un organisme qui s'est tant échiné à éviter de parler d'objets physiques au profit de "phénomènes" (d'où les fameux "PAN" n'impliquant pas forcément une matérialité), retombe-t-il dans le propre travers qu'il décrie dans des description de cas où l'on manque justement d'informations pour conclure ?.

Attendons la suite, notamment les cas les plus connus, dont les ufologues se languissent de lire les rapports officiels, même par trop anonymisés... En attendant, les nouveaux cas, comme les autres, ont été intégrés à la chronologie de RR0.